Accompagnateur et alcool pendant la conduite accompagnée : un très mauvais cocktail !

L’Apprentissage Anticipé de la Conduite est une formation très populaire. Pour le candidat, c’est l’occasion d’engranger un maximum d’expérience au volant. Il peut ainsi se présenter à l’examen avec plus de sérénité. Pour l’accompagnateur, et bien c’est une bonne dose de responsabilité ! En effet, il est tenu de respecter et de faire respecter les règles établies par le Code de la route. Comme nous l’avons déjà vu à l’occasion d’un précédent article, c’est l’accompagnateur qui sera verbalisé en cas d’excès de vitesse. Mais, que se passe t-il si l’accompagnateur de conduite accompagnée consomme de l’alcool ?

L’accompagnateur de conduite accompagnée peut-il consommer de l’alcool ?

Comme nous le disions à l’instant, l’accompagnateur est responsable du jeune conducteur. Pour veiller à ce que celui-ci ne comète aucune infraction ou pire, un accident, il doit être en pleine possession de ses facultés neurologiques ! C’est pour cela que l’accompagnateur de conduite accompagnée doit respecter la consommation d’alcool établit par le Code de la route. Cela, même s’il ne se trouve pas au volant !

Pou rappel, la limite d’alcoolémie autorisée est de 0,5 g/L de sang ou 0.25 mg/L d’ai expiré. Ce qui correspond à environ deux verres d’alcool. Bien entendu, il ne s’agit là que d’une estimation ! Pour en avoir le cœur net, rien ne vaut l’éthylotest ! D’ailleurs, comme le rappel le site sécurité-routière.gouv, sachez que depuis 2012 il est obligatoire d’avoir un éthylotest dans l’habitacle du véhicule. En cas de doute, n’hésitez surtout pas à vous en servir ! Car, comme nous allons tout de suite le voir, les conséquences pénales peuvent être très lourdes … Sans parler du risque d’accident !

Avant, il est bon de rappeler que l’accompagnateur de conduite accompagnée n’est pas le seul à devoir surveiller sa consommation d’alcool. En effet, depuis 2015, c’est la tolérance zéro qui est appliquée au jeune conducteur ! Autrement dit, si l’accompagnateur de conduite accompagnée peut se permettre 1 ou 2 verres de vin, le jeune conducteur, lui, devra se limiter aux boissons non-alcoolisées. En cas de contrôle, si l’éthylotest affiche plus de 0,2 g/L de sang, il risque de perdre son droit de présentation à l’examen du permis de conduire.

Que risque l’accompagnateur de conduite accompagnée s’il consomme de l’alcool ?

On le sait tous, l’alcool au volant est dangereux. C’est l’une des premières causes de mortalité sur la route et le responsable de plus d’un tiers des accidents ! En conduite accompagnée, les risques sont encore plus élevés ! Le jeune conducteur ne sait pas forcément discerner les situations à risque et réagir de manière appropriée. C’est pour cela que l’accompagnateur doit être très attentif afin d’anticiper n’importe quel danger.

L'accompagnateur de conduite accompagnée peut-il consommer de l'alcool

Que l’accompagnateur de conduite accompagnée soit conscient des risques ou non, le Code de la route prévoit de sérieuses sanctions en cas de consommation d’alcool excessive :

  • Entre 0,5 g/L et 0,8 g/L de sang, l’accompagnateur risque une contravention du 4ième degré. C’est à dire : le retrait de 6 points sur son permis de conduire + une amende forfaitaire de 135 euros + immobilisation du véhicule + suspension du permis de conduire.
  • Pour une consommation d’alcool supérieure à 0,8 g/L de sang, alors il s’agit d’un délit et les sanctions sont plus sévères. Dans ce cas l’accompagnateur risque : le retrait de 6 points sur son permis de conduire + jusqu’à 4500 euros d’amende + immobilisation du véhicule + annulation du permis + 2 ans d’emprisonnement + interdiction de conduire un véhicule non-équipé d’un EAD.

Si vous avez des doutes au sujet des risques encouru pour consommation d’alcool en conduite accompagnée par l’accompagnateur, n’hésitez pas à consulter la réglementation en rigueur. Pour information : cela est valable pour l’accompagnateur de conduite supervisée ! Bien que la conduite accompagnée et la conduite supervisée sont différentes à différents égards, leur essence est bien la même : apprendre à conduire en compagnie d’un titulaire du permis responsable !