Connaître la différence entre conduite accompagnée et conduite supervisée : pour bien choisir sa formation !

La conduite accompagnée est une formation au permis de conduire proposée aux candidats depuis les années 80. En 2010, le Comité Interministériel de Sécurité Routière (=CISR) décide de créer la conduite supervisée. A partir de là, c’est la confusion chez la plupart des candidats qui ne savent pas toujours laquelle de ces deux formations est la plus adaptée à leur situation ! Si vous êtes dans ce cas, pas d’inquiétude, Permis.fr vous explique quelle est la différence entre conduite accompagnée et conduite supervisée.

Conduite accompagnée et conduite supervisée : quelle est la différence ?

Principale différence entre conduite accompagnée et conduite supervisée : l’âge !

Si vous hésitez entre la conduite accompagnée et la conduite supervisée, voici une différence de taille qui devrait vous aider à choisir. En effet, depuis la réforme de 2014, l’AAC est accessible dès 15 ans. De son côté, la conduite supervisée s’adresse aux candidats de plus de 18 ans.

Néanmoins, sachez qu’il n’y a pas d’âge maximum pour s’inscrire en conduite accompagnée ! Cela signifie que si vous avez plus de 18 ans, alors vous pouvez vous inscrire aussi bien en conduite accompagnée qu’en conduite supervisée. Si vous avez moins de 18 ans, le choix est vite fait : c’est en AAC qu’il faudra vous annoter.

Comme nous le verrons un peu plus loin, la conduite accompagnée se déroule au minimum sur une année de conduite. Cela vous permet de passer le permis de conduire dès 17 ans si vous-vous y prenez à l’avance. Si vous avez déjà plus de 18 ans et que vous souhaitez passer le permis au plus vite, alors il est sans doute préférable d’opter pour la conduite supervisée qui, elle, n’est soumise à aucune durée minimum.

Le déroulement de la formation : la conduite accompagnée soumise à quelques conditions.

Comme nous le disions à l’instant, une autre différence notable entre la conduite accompagnée et la conduite supervisée : le déroulement de la formation. La conduite supervisée est en effet beaucoup plus souple que la conduite accompagnée. Celle-ci n’est soumise à aucune durée minimum, ni kilométrage et aucun rendez-vous pédagogique n’est obligatoire. La conduite supervisée s’adresse donc aux candidats qui ont déjà une certaine expérience de la route. D’ailleurs, la plupart du temps, la conduite supervisée fait suite à une échec au permis de conduire. L’idée est simplement d’accumuler un peu plus d’aisance au volant.

Au contraire, la conduite accompagnée est beaucoup plus encadrée. Elle s’adresse d’avantage aux novices qui viennent de valider leur formation initiale. En effet, la durée minimum de l’AAC est d’un an. Durée pendant laquelle il faudra parcourir au moins 3000 km. Par ailleurs, sachez qu’il faudra prévoir deux rendez-vous pédagogiques au cours desquels le moniteur, l’élève et son accompagnateur devront être présents.

Le premier entretient a lieu à mi-parcours et vise à évaluer les progrès du candidat et conseiller l’accompagnateur pour que la formation se déroule dans les meilleures conditions. A l’occasion du second rendez-vous pédagogique, le moniteur évalue le candidat et décide si celui-ci est prêt ou non à se présenter à l’examen du permis de conduire. Pour en savoir plus, consultez notre article spécialement dédié aux rendez-vous pédagogiques de l’AAC.

L’âge minimum pour la présentation aux examens.

Nous avons déjà évoqué cette différence entre la conduite accompagnée et la conduite supervisée un peu plus tôt. Comme l’AAC début dès 15 ans, non-seulement elle vous permet de passer votre Code de la route à 15 ans au lieu de 17 ans et demi. Mais en plus, vous pourrez vous présenter à l’examen du permis de conduire dès vos 17 ans ! Dans ce cas, il faudra tout de même attendre d’avoir 18 ans pour pouvoir conduire seul.

Quelle est la différence entre la conduite accompagnée et la conduite supervisée

Une fois le permis en poche : y a-t’il une différence ?

Avant d’opter pour l’une ou l’autre de ces deux formations, il est important de bien vous renseigner car cela peut changer le cours des choses, même une fois le permis en poche ! En effet, la dernière différence entre la conduite accompagnée et la conduite supervisée concerne la durée de la période probatoire.

Comme vous le savez sans doute, les jeunes conducteurs ayant suivi l’AAC voient leur période probatoire réduit à 2 ans, au lieu de 3 ans dans le cas d’une formation traditionnelle. On pourrait croire que c’est aussi valable pour ceux qui ont suivi une formation en conduite supervisée, mais ce n’est pas le cas. En conduite supervisée, la période probatoire est en effet de 3 ans, comme le rappel le site de sécurité-routière.gouv. fr.

Autre différence qui peut faire pencher la balance en faveur de la conduite accompagnée plutôt que la conduite supervisée : le prix de votre future assurance ! Et oui, les assureurs ont tendance à proposer des tarifs préférentiels aux conducteurs ayant suivi la conduite accompagnée. Ils ont au moins 1 an d’expérience ainsi que 3000 km au compteur, ce qui est rassurant, pour un assureur !

En conduite supervisée aussi, le conducteur engrange d’avantage d’expérience au volant qu’avec une formation traditionnelle, mais comme il n’y a aucune durée et aucun kilométrage minimum, les assureurs n’ont pas la même garantie. Ils ne proposeront donc pas forcément de tarifs préférentiels…

Conduite accompagnée et conduite supervisée : les points commun.

Les conditions d’accès.

Nous avons vu qu’il n’y a pas qu’une seule différence entre la conduite accompagnée et la conduite supervisée ! En outre, ces deux formations ont également beaucoup de points en commun, à commencer par les conditions d’accès. En effet, mise à part l’âge minimum fixé, les éléments requis à l’inscription ont identiques :

  • Avoir obtenu son Code de la route. Vous pouvez vous présenter dès 15 ans dans le cas de l’AAC.
  • Être titulaire de l’Attestation de Fin de Formation Initiale (=AFFI), à ne pas confondre avec l’attestation de fin de conduite accompagnée ! Il s’agit d’un document qui prouve que vous avez suivi 20 heures de conduite minimum avec un moniteur d’auto-école agrée.
  • L’avis favorable de l’enseignant.
  • L’extension de garantie qui vous permet d’être assuré dans le cadre de votre conduite accompagnée ou de votre conduite supervisée.
  • Un ou plusieurs accompagnateurs.
Points communs entre conduite accompagnée et conduite supervisée

Bon à savoir : la conduite supervisée peut faire suite à la conduite accompagnée, notamment en cas d’échec à l’examen. D’autre part, sachez que vous pouvez vous inscrire pour l’une ou l’autre de ces formations à n’importe quel moment de votre apprentissage. Pour cela, il vous suffit de demander à votre moniteur. Lequel pourra d’ailleurs vous conseiller si vous hésitez entre conduite accompagnée et conduite supervisée.

L’accompagnateur : mêmes critères et mêmes responsabilités.

Pourquoi la conduite accompagnée et la conduite supervisée sont souvent confondues ? Sans doute parce que dans les deux cas, il s’agit de conduire avec un accompagnateur ! Et justement, parlons de l’accompagnateur ! Quelle que soit le type de formation que vous choisirez, votre futur accompagnateur devra répondre à quelques exigences :

  • Être titulaire du permis de conduire depuis au moins 5 ans.
  • Il n’y a pas d’âge minimum pour être accompagnateur, mais en tout logique il faudra avoir au moins 23 ans.
  • Ne pas avoir commit d’infractions graves comme la conduite en état d’ivresse ou sous l’effet de stupéfiants.
  • Être propriétaire d’un véhicule équipé d’une boîte manuelle. Pour en savoir plus, consultez : Quel véhicule peut-on conduire en conduite accompagnée ?
  • Avoir l’accord de l’assureur.

Bon à savoir : en conduite supervisée ou accompagnée, il est possible d’avoir plusieurs accompagnateurs ! Si vous en avez la possibilité, profitez-en, car c’est l’occasion pour vous d’engranger un maximum d’expérience au volant. Non-seulement vous ne dépendrez pas de l’emploi du temps d’une seule personne, mais en plus, vous pourrez vous faire la main sur plusieurs types de véhicules.

L’accompagnateur est responsable du jeune conducteur, dans le cadre de la conduite accompagnée ou de la conduite supervisée. Cela signifie qu’en cas d’infraction, c’est lui qui devra en affronter les conséquences ! Il peut donc être intéressant de bien vous renseigner au sujet des consignes établies par la Code de la route concernant les accompagnateurs.

Une idée reçue assez fréquente consiste par exemple à penser que l’accompagnateur peut consommer de l’alcool, puisqu’il ne se trouve pas au volant. Ce n’est pas du tout le cas ! En cas de contrôle de police, l’accompagnateur devra lui aussi souffler dans l’éthylotest. Si son taux d’alcoolémie est supérieur à 0,25 mg/L d’air expiré, alors il sera sanctionné comme n’importe quel conducteur.

Les avantages de la conduite supervisée et de l’AAC.

Au-delà de la différence entre conduite accompagnée et conduite supervisée, il faut bien garder à l’esprit que ces deux formations ont de nombreux avantages en commun !

  1. Première avantage à opter pour une conduite accompagnée ou supervisée : vous aurez plus d’expérience au volant ! Le jour J, vous serez beaucoup plus à l’aise ! Sans parler du fait que vous le serez également beaucoup plus une fois votre permis en poche !
  2. D’ailleurs, puisque nous parlons de l’examen : saviez-vous que le taux de réussite en conduite accompagnée est de 72% contre 54% en formation traditionnelle ?
  3. Dernier avantage, et pas des moindres : votre formation vous coûtera beaucoup moins cher ! Vous en doutez ? Lisez donc notre article : En conduite accompagnée, le prix du permis est-il plus intéressant ? Vous verrez que c’est le cas car au lieu de payer minimum 40 euros chaque heure de conduite supplémentaire, vous n’aurez qu’à demander à votre accompagnateur pour aller faire un tour !

Bref, vous l’aurez compris, que vous choisissiez la conduite accompagnée ou la conduite supervisée, vous mettez toutes les chances de votre côté, tout en réduisant le coût de votre permis de conduire ! Si vous hésitez encore entre l’une ou l’autre de ces formations, n’hésitez pas à demander conseil à votre moniteur.